La France Insoumise et les animaux non-humains

La France Insoumise, aussi dite LFI ou la FI, est une organisation politicienne de gauche (et non d'extrême-gauche ou d'ultra-gauche comme peuvent le dire les médias dominants). Elle a été initiée par un ex-trotskiste passé au réformisme, à savoir le multiple fois candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon. Elle a de fait supplanté, quoi que survivant d'une manière zombifique, le Parti de Gauche (PG).

Vis-à-vis des animaux non-humains (ou zoonimaux), La France Insoumise a sans le moindre étonnement une position bien-êtriste / welfariste. Autant de par sa composition sociale (quasiment aucune personne végane) que par sa base électorale (très peu végane et fort peu végétarienne dans un sens large qui incluerait le véganisme), il ne pouvait en être autrement. Pour LFI, la majorité de ses membres et de ses électeur·e·s, les intérêts des zoonimaux comptent sur le principe, mais il ne faudrait pas aller jusqu'à remettre en cause violemment les modes de vie, d'où le fait de seulement réduire au niveau quantitatif (ce qui est aussi fortement motivé par écologisme) et d'aménager l'exploitation sur le plan qualitatif.

En revanche, quand mettre fin à de l'exploitation n'impacte pas ou très peu la majorité, alors c'est tout à fait envisageable, le principe idéel n'ayant pas le frein matériel. Il n'y a donc rien d'étonnant que, malgré l'espécisme de LFI, il y ait eu de sa part une tentative d'en finir avec la corrida, dont Aymeric Caron (dont le parti n'est, au moins à ce moment là, pas LFI mais la REV) n'en a été que l'étincelle qui a attiré une bonne part de la fureur des pro-corrida. En plein dissonance cognitive, le fait de faire souffrir et de tuer des animaux non-humains en l'absence claire de nécessité a pu être vivement condamné, mais en restant évidemment confiné à la critique de la corrida au lieu d'être logiquement étendu à tout.

Personnes faisant ou ayant fait parti de La France Insoumise

Il ne faut pas attendre de la liste suivante qu'elle soit complète. Cela vaut en ce qui concerne l'énumération des individus, ainsi que la place dans l'appareil dont ils jouissent ou ont joui et le positionnement vis-à-vis des animaux non-humains. Par ailleurs, la liste a un semblant d'ordre qui a pour critère l'importance (évaluée au doigt mouillé) considérée au sein de l'organisation et de l'implication vis-à-vis des animaux non-humains.